Berthod, Justine (2021) “Pêcheurs artisanaux en AMP : gardiens de la biodiversité ou des frontières maritimes ? (San Andrés, Colombie)” VertigO, 21(1)

Zones de l’Aire marine protégée Seaflower à San Andrés, la caye Bolivar et la caye Albuquerque. Source: CORALINA

Dans une perspective d’anthropologie maritime, cet article analyse comment les pêcheurs artisanaux de l’archipel de San Andrés se trouvent propulsés en première ligne des conflits entre mise en commun et accaparement maritime. Ce faisant, il questionne en quoi cela participe à documenter le processus de maritimisation des sociétés. Construit sur un travail ethnographique au sein de coopératives de pêche, l’article interroge le positionnement des pêcheurs artisanaux en gardiens de la mer. Il envisage d’abord la revalorisation récente du statut de pêcheur artisanal sous l’effet de la patrimonialisation du maritime, puis la place de leurs « bonnes pratiques » en tant que formes symboliques d’appropriation localisée du territoire de pêche. Il pointe ensuite le rôle de gardiens de la mer des pêcheurs aux échelles régionales et sous-régionales. Sur fond de conflit frontalier régional et d’accès concurrentiel à l’exploration pétrolière, le rôle assigné au pêcheur par les institutions est patrimonial avant d’être environnemental. La réserve de biosphère remplit d’abord une fonction géopolitique, risquant de faire des pêcheurs des gardiens des frontières plus que de la biodiversité.

Pour le lire en entier: https://journals.openedition.org/vertigo/30463

Que faire d’une « aire marine protégée polluée » ?

La circulation du savoir sur la contamination du milieu marin au coeur d’une controverse sociotechnique en Martinique”. Communication de Justine Berthod au Congrès de l’AFS, 9 juillet 2021
Sketch maps réalisées auprès de marins-pêcheurs en juin 2021, Justine Berthod

« Pfff, forcément, tout est pollué. Tout est pollué ici ! De toute façon, […] si c’est pollué là-bas, je pense que c’est pollué ici. Ça descend avec l’eau [il se lève prendre un verre d’eau dans la cuisine, puis revient]. Tu en penses quoi, toi ? » – Dany, marin-pêcheur, 43 ans, Petite Anse, Martinique.

Le « Chlordécone » est un pesticide organochloré qui a été utilisé entre 1972 et 1993 pour lutter contre le charançon du bananier en Martinique et en Guadeloupe. Son utilisation est au cœur d’un scandale pour lequel l’Etat a reconnu sa responsabilité en 2018. Comment les marins-pêcheurs appréhendent-ils la contamination de leur espace de travail, la mer ? Quelle méthodologie déployer pour analyser la façon dont ils s’approprient les connaissances sur cette contamination invisible ? La pollution invisible soulève un ensemble de problématiques cognitives – elle ne peut s’appréhender via l’expérience directe avec le milieu. Dans le cas présent, sa dimension maritime renforce son aspect insaisissable. L’accès à l’information, aux savoirs, et la visualisation de cartographies de contamination, sont donc des éléments centraux affectant la perception de l’environnement pollué. Confrontée à ces ambivalences, j’ai choisi d’élaborer un nouvel outil d’enquête.  

« La chlordécone, on ne la voit pas ! » : le « sketch map » pour analyser la circulation du savoir sur la contamination du milieu marin au chlordécone (et bien au-delà)

Les « sketch maps », ou croquis cartographiques, sont des représentations cartographiques d’expériences spatiales. Elles offrent une opportunité pour leurs auteurs de contre-cartographie, c’est à dire d’aller au-delà de la cartographie officielle. Les « sketchs maps » s’inscrivent dans le sillon du développement des cartes mentales et des cartes cognitives, développées par les sciences comportementales. Elles relèvent aussi de l’engouement pour les SIG, par les sciences participatives, les militants, comme par les gestionnaires. Le courant critique de la géographie en a d’ores et déjà souligné les limites.

La cartographie citoyenne, à partir des sciences partitives, est souvent utilisée pour visibiliser les contaminants. Dans le cas du chlordécone, les sketch map dessinés par les marins-pêcheurs dissimulent autant qu’elles visibilisent de l’information. Elles font systématiquement émerger une discussion qui permet d’appréhender des contradictions et les ambigüités. On voit finalement au moins deux cartes se dessiner. Une première, sur le papier, expose des éléments triés et discutés, souvent circonscrits au proche côtier. La seconde, décrite oralement, se composerait d’un conglomérat d’informations que certains acteurs ne souhaitent pas cartographier, par peur qu’elles entraînent des nouvelles interdictions – comme la présence de chlordécone au large, qui interroge par ailleurs la présence d’autres produits diffusés en mer.

Au plaisir d’en discuter avec vous!

Lien vers le Congrès de l’AFS 2021: https://afs-socio.fr/congres/lille-2021/

 

Prochaine séance du séminaire de l’axe TEA le 15 avril à 15h30

La prochaine séance de l’Axe Transitions Écologiques Américaines – TEA aura lieu le vendredi 15 avril, de 15h30 à 17h30, à Condorcet (IHEAL, 4ème étage en salle Jopoi 4.122) et pourra être suivie au lien de connexion suivant : https://spaces.avayacloud.com/spaces/60dc87a6c4d86ef94633e542

Elle aura pour thème “Extractivismes verts et (in)justices environnementales. La « récolte » du lithium et du solaire dans les Andes”

Avec la participation de :

Vincent Bos, Université de Lorraine, Géoressources, Labex Ressources 21, bosvincent@yahoo.fr
Marie Forget, Université Savoie Mont Blanc, EDYTEM, marie.forget@univ-smb.fr

Cette proposition part du constat que la transition énergétique, fondamentalement matérielle, conduit à la (re)construction sociale de certaines ressources et ouvrent de nouveaux fronts extractifs énergétiques et miniers qui font rejouer la géohistoire des territoires concernés. Ces fronts sont soutenus par la mise en récit très positive de la transition et la création de discours verts sur lesquels les acteurs publics et entrepreneuriaux convergent, en positivant ces formes d’extraction et en les présentant comme des activités durables. Ces dynamiques invitent alors à questionner la justice énergétique dans ces territoires à travers l’alliance des acteurs extractifs et les résistances qu’elles suscitent.

Cette analyse sera structurée autour de 3 axes :
(1) Les dynamiques territoriales de nouveaux fronts énergétiques : L’avancée de fronts
énergétiques est particulièrement dynamique dans les territoires de l’ « Altiplania », marge mondialisée dont les activités économiques se spécialisent dans les activités minières et énergétiques,
(2) Les (in) justices environnementales (Sareen, 2020, Bedi, 2019) naissant de ces activités extractives légitimées par leur mise en discours comme des formes de “nature produite” provenant à la fois de facteurs environnementaux et de la construction sociale (Bakker et Bridge, 2006, Mendez et al., 2020).
(3) Les alliances dans les territoires énergétiques émergents : la transition globale prolonge et renouvelle le modèle hautement capitalisé des activités extractives, soutenant un nouveau cycle extractif dans les marges mais enclenchant également des collaborations entre nouveaux acteurs de ces territoires.

Forget M., Bos V., 2022, “ Harvesting lithium and sun in the Andes: Exploring energy justice and the new materialities of energy transitions”, Energy Research & Social Science, Volume 87, 2022, https://doi.org/10.1016/j.erss.2021.102477

La prochaine séance du séminaire TEA aura lieu vendredi 18 mars!

La séance du séminaire de l’axe Transitions écologiques américaines aura lieu le vendredi 18 mars de 15h30 à 17h30.

Elle s’intitule “Forêt, agriculture et climat au Brésil“.

Elle accueillera Marion Daugeard (post-doc à l’Université de Brasilia et CREDA), qui présentera ses travaux sur le code forestier brésilien, 10 ans après la réforme, et reviendra sur la participation du Brésil à la COP26; Livia Kalil (CREDA) et Thais Rosa (UFRJ/Université Panthéon-Sorbonne) qui présenteront leurs travaux de thèse concernant le Plan brésilien d’atténuation et d’adaptation au changement climatique (ABC)

Source : Kate Evans/CIFOR, photo récupérée le 09/03/2022 à l’adresse : https://forestsnews.cifor.org/73480/cuando-un-foro-multiactor-es-excluyente-lecciones-de-la-amazonia-brasilena?fnl=

Prochaine séance du séminaire TEA : “Une approche multi-niveaux des politiques de l’eau : la gestion par bassin hydrographique au Mexique” – 28 Janvier 2022

La prochaine séance du séminaire Transitions Ecologiques Américaines se tiendra ce vendredi 28 janvier de 15h30 à 17h30.

Nous recevrons Amaël Marchand (UMR 7227 CREDA) et Edith Kaufer (CIESAS, Mex.) du projet CUENCOMUN financé au CREDA par l’AFD. Ils nous présenteront les résultats de leur projet réalisé avec plusieurs collègues mexicains: “Une approche multi-niveaux des politiques de l’eau : la gestion par bassin hydrographique au Mexique.” 

Nous serons en salle Jopoï (5.023, 5ème étage Bat. Rech. Sud Campus Condorcet), ainsi qu’en virtuel via le lien suivant: https://meet.google.com/vzm-vigy-upz

Au plaisir de vous y retrouver!

 

Machines, genre et nature: anthropologie des territoires extractifs

Colloque International. 15-17 oct. 2019 Paris (France)

Programme: https://ma-ge-nat.sciencesconf.org/data/pages/PROGRAMME_MAGENAT_8.pdf

L’objet de ce colloque est d’étudier différents territoires extractifs (miniers, halieutiques, forestiers, etc.) du point de vue des dynamiques anthropologiques qui les structurent, en faisant l’hypothèse qu’ils posent des problématiques communes au-delà des différentes géographies et populations concernées. En effet, ces territoires se sont construits sur la durée selon des trajectoires communes. Il s’agit en général d’espaces tardivement conquis, annexés ou capturés par des puissances établies; ils se structurent de façon asymétrique en articulant des populations hétérogènes selon différentes formes de colonialité; il s’agit encore d’espaces sur-mécanisés où les populations ont une relation plus précoce, plus accentuée et plus clivée aux machines et aux engins mécaniques, omniprésents au quotidien; il s’agit aussi d’espaces fortement masculinisés et hiérarchisés où les clivages de genre jouent un rôle structurant de contrôle social; enfin, ces territoires se construisent historiquement autour d’une conception orientée, extractive ou prédatrice des ressources naturelles et ils constituent dans l’actualité des zones critiques de contradiction, négociation ou réagencement des rapports à la nature. Ainsi, à différents niveaux, il apparaît que la question des relations entre machines, genre et natures se pose dans ces territoires d’une façon spécifique. Ce colloque a pour objet de discuter cette hypothèse en mettant à jour les liens entre mécanisation, rapports de genre et rapports à la nature dans divers contextes d’extraction de ressources naturelles.

1. Les territoires extractifs en perspective de genre

2.  Machines, agentivité et politiques du mécanique

3. Extraction et redéfinitions de la nature

L’éco-socialisme, au-delà de la critique de la gauche ?

Par Franck Poupeau pour Le Feuilleton écologique

Discussion des ouvrages:

– Émilie Hache (dir.), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux, Paris, Éditions Amsterdam, 2012.
– Arno Münster, Pour un socialisme vert, Paris, Nouvelles Éditions lignes, 2012.

 

La pensée écologique est ambivalente politiquement[1] : de la défense de la nature au conservatisme social, le pas est souvent plus vite passé qu’on ne le croit. Cela ne veut pas dire que l’écologie, dans la diversité (souvent conflictuelle) des courants qui la composent comme une pensée politique globalement identifiable, puisse être assimilée à un simple mouvement réactionnaire[2]. En revanche, elle a souvent été instrumentalisée, détournée, ou finalement occultée par certains de ses prétendus défenseurs[3]. Le désastre de Fukushima a de ce point de vue atteint des sommets de cynisme et de doubles discours, avec des « retombées » en termes de déréglementation, de préservation des intérêts économiques et de génération de nouveaux profits – sans oublier la minoration systématique des « coûts humains »[4]. Continuer la lecture

Méthodologie du carnetier

Édition & publication

Bienvenue dans votre carnet hypothèse! Pour y contribuer, quelques règles très simples.

Vous avez participé à un colloque/séminaire/journées d’études; vous venez de publier un papier; vous finissez une lecture que vous souhaitez partager; ou bien encore vous rentrez de terrain… c’est l’occasion d’en faire part ici!

Pour cela, il suffit de rédiger un paragraphe qui synthétise l’activité en question (500 mots peuvent suffire!), l’accompagner d’une illustration et d’un titre.

Ensuite, envoyez-le à l’adresse justine.berthod@gmail.com, avec en titre du mail “Carnet Hypothèse TEA”, et dans le corps du mail l’annonce de la rubrique dans laquelle vous contibuez:

  • “Nos participations”: compte-rendus de colloques, séminaire, journées d’études…
  • “Publications”: résumé de votre dernière publication
  • “Articles”: réflexion sur un ouvrage, retour de terrain… etc.

Bien penser à nommer les crédits de l’image en fin d’article ou en légende de la photo.

Pour plus d’informations, tout est expliqué sur https://maisondescarnets.hypotheses.org/
Contact de l’équipe Hypothèses : hypotheses@openedition.org

Transitions écologiques dans les Amériques

Ce carnet de recherche du CREDA est un espace de diffusion de recherches explorant les dynamiques en œuvre dans les Amériques, autour du concept de transition écologique. Il s’appuie sur une approche multidisciplinaire, et se veut un lieu d’échange et de partage des travaux de chercheurs portant sur l’orientation des modèles de développement, dans un contexte de crise environnementale. Il vise à rendre visibles les travaux en cours, les publications, les événements et séminaires s’articulant autour des questions de gestion et de perception, d’accès et d’appropriation des ressources et des territoires dans les Amériques.