Prochaine séance: 3 mai !

La prochaine séance du séminaire de l’axe Transitions Ecologiques Américaines du CREDA aura lieu le vendredi 3 mai, de 14h à 16h, en salle 5.023 du Bâtiment recherche sud du Campus Condorcet (Aubervilliers), ainsi qu’en ligne (information à la fin du mail).

Franck Poupeau (CREDA/CNRS) donnera une communication autour du thème:

Pourquoi Latour, Latour pour quoi?

ll sera discuté par Gaëlle Ronsin (Université Bourgogne Franche-Comté, CERES) et David Dumoulin (USN, CREDA).

Latour et Schtuz proposent la notion de « classe écologique » pour redéfinir la politique, en dépassant les clivages sociaux traditionnels. Cette classe met l’accent sur l’importance de l’habitabilité de la Terre plutôt que sur la production, offrant ainsi une alternative politique face à la crise environnementale. Cependant, cette approche occulte les réalités des mobilisations politiques existantes et éloigne l’écologie des questions de domination sociale. Elle s’appuie sur une ontologie politique qui dissimule les enjeux politiques derrière des discours philosophiques, notamment en rejetant la distinction entre nature et culture. Latour cherche à promouvoir un nouveau paradigme politique, le “Terrestre”, dans un contexte de crise climatique, remettant en question les anciens schémas de transformation sociale. Cette analyse explorera comment cette idée de classe écologique véhicule une ontologie politique spécifique, déplaçant la responsabilité des problèmes sur la science. Son succès réside dans sa capacité à intégrer différents courants théoriques, dans un contexte intellectuel français influencé par des logiques académiques entremêlées.

Informations de connexion Google Meet: Lien de l’appel vidéo : https://meet.google.com/pph-vmgo-jxmOu composez le +1 305-912-3781 CODE : 905 492 687#

À vendredi !

Justine Berthod et David Dumoulin

***

Prochaine séance : 8 mars!

Bonjour à tous et à toutes,

Nous avons le plaisir de vous convier à la prochaine séance de notre séminaire.

Elle se déroulera le vendredi 8 mars, de 14h à 16h.
***
Nous nous réunirons en salle 5.023 du Bâtiment recherche Sud du Campus Condorcet (Aubervilliers, métro Front Populaire), ainsi qu’en ligne via ce lien (infos complémentaires en fin de mail).

Autour du livre “Les esprits scientifiques” et au-delà

UGA Éditions, 2022, (dir)  Jean FOYER,  Aurélie CHONÉ, et Valérie BOISVERT. Intervenants : Jean Foyer (CNRS, CREDA) et Sébastien Carcelle (Université Catholique de Lille)

Cette séance s’articule autour de la réflexion d’un collectif informel sur les articulations entre écologie et spiritualité dans le contexte particulier des agricultures alternatives (permaculture, biodynamie, agriculture naturelle,…) en Europe et en Amérique Latine. Ce collectif s’est constitué autour d’événements scientifiques et de la publication récente d’un ouvrage qui explore les entrecroisements et les hybridations entre différentes formes de savoirs et de croyances à l’œuvre dans des agricultures alternatives qui ne peuvent se réduire à la seule question de la production. Ces dernières engagent en effet un rapport au monde, en particulier aux sciences et à des courants spirituels ou religieux qui dépassent l’humain. En associant de façon inextricable le sensible et le matériel, le pragmatisme et le spirituel, ces agricultures déjouent toute tentative de catégorisation qui reposerait sur l’opposition binaire entre scientificité et spiritualité. Pluraliser l’esprit scientifique de Bachelard, c’est aussi bien pluraliser les manières de faire science que laisser la porte ouverte aux « esprits », c’est-à-dire à des visions du monde où le naturalisme physique n’est pas le seul horizon.

Au plaisir de vous retrouver, n’hésitez pas à nous contacter (justine.berthod@sorbonne-nouvelle.fr)


Justine Berthod et David Dumoulin pour l’équipe TEA


Liens complémentaires:
Lien HAL SHS vers l’introduction du livre: https://hal.science/hal-03655610v1Lien vers le Carnet hypothèses du séminaire: https://tea.hypotheses.org/933

Informations complémentaires:
Séance TEA “Les esprits scientifiques”Vendredi 8 mars  •  14:00 – 16:00Informations de connexion Google MeetLien de l’appel vidéo : https://meet.google.com/cwd-uyuk-kogOu composez le +1 551-900-1432 CODE : 459 772 059#

Prochaine séance 23 février !

Bonjour à tous et à toutes,

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire de l’axe de recherche Transitions Ecologiques Américaines, le vendredi 23 février, de 14h à 16h, en salle 5.122 (Bâtiment recherche sud, Campus Condorcet).

Nous recevons Agathe Alexandre (CREDA), autour d’une présentation sur sa recherche doctorale:

“Habiter le marais, l’écologie sociale en territoire convoité

Son travail sera discuté par Frédérique Blot (Institut national universitaire Champollion, GEODE)

Cette présentation expose notre enquête ethnographique réalisée entre 2014 et 2024 avec les communautés paysannes et autochtones qui vivent à l’intérieur du marais Ibera. Le marais Ibera est une vaste zone humide d’importance internationale reconnue par la convention Ramsar en 2002. Elle s’étend sur plus d’un million trois cent mille hectares. Elle est composée essentiellement de lagunes, de prairies humides, d’îles et de forêts. Elle sert notamment pour le pâturage des animaux des communautés paysannes et sert de lieu de chasse et de pêche.
L’approche anthropologique, adossée à une sociologie des mouvements sociaux, retrace la naissance et la consolidation de l’écologie sociale dans la province de Corrientes, province du nord-est de l’Argentine. Cette conception de l’écologie, importée par les militants écologistes des zones urbaines du pays, s’oppose à la deep ecology importée des États-Unis et qui met au centre de son action la conservation de la biodiversité. Nous questionnons ces deux traditions qui s’opposent. Comment ces concepts circulent-ils, quels en sont les acteurs et les figures tutélaires. Nous revenons sur la géohistoire du marais et nous interrogeons tour à tour la position ambivalente entre conservation de la biodiversité et usages territoriaux et économiques de ce territoire convoité.

Prochaine séance TEA: vendredi 26 janvier

Bonjour à tous et à toutes,

La prochaine séance du séminaire de l’Axe de recherche Transitions écologiques américaines (TEA) aura lieu le Vendredi 26 janvier, de 16h-18h, en Salle 5.023 (Campus Condorcet, Bâtiment recherche sud).

Séance 5 : « Écologisation entrepreneuriale »

Nous aurons l’occasion d’entendre et discuter:

Léa lebeaupin (CREDA, Université Sorbonne Nouvelle/CNRS): autour de l’article à paraître dans Ecologie & Politique « Continuer l’extraction à tout prix dans le Minas Gerais (Brésil) : Répertoire d’actions entrepreneuriales pour neutraliser la critique »

Dans le Minas Gerais, État qui exporte le plus de minerais au Brésil, la multinationale Vale déploie un éventail de stratégies pour ancrer sa présence à la suite de catastrophes industrielles et écologiques. Cette présentation explorera comment, à travers un habile jeu d’image oscillant entre responsabilité sociale et promesses de croissance, Vale cherche à se redéfinir. Elle se penchera sur les interactions complexes entre l’entreprise et les organes de régulation, soulignant les stratégies d’influence sur les processus législatifs afin de développer les nouveaux projets miniers. Seulement, lorsque ces méthodes classiques ne fonctionnent plus pour contenir la critique, Vale utilise aussi des stratégies moins conventionnelles de contrôle social, de coercition et de construction de l’empathie, qui rappellent d’autres situations autoritaires. La communication cherchera alors à mettre en lumière les liens de discontinuité entre la réalité des conséquences des projets miniers et les politiques déployées par Vale pour verdir son image, à travers des stratégies de communication, d’influence politique et de répressio

Livia Kalil (CREDA, Université Sorbonne Nouvelle/CNRS) : « L’agro est tech, l’agro est pop, l’agro est décarbonnée : climatisation des enjeux agricoles au Brésil. Discussion conceptuelle ».

Au cours de cette présentation, je partagerai les résultats de mon examen théorique approfondi, au cours duquel j’ai scruté et confronté diverses notions clés, aujourd’hui largement diffusées dans les études sur les politiques environnementales et climatiques, telles que la “climatisation”, l'”écologisation”, la “décarbonation” et la “transition”. Cette démarche analytique a été déterminante dans mon choix final d’adopter la notion de “climatisation” pour appréhender les enjeux agricoles au Brésil. Fondée sur l’étude de cas de mes recherches doctorales, celui portant sur la construction du Plan d’agriculture de faible émission de carbone (Plan ABC), cette exploration me permet de mettre en lumière la manière dont l’agrobusiness brésilien a intégré les discussions climatiques, influençant ainsi les solutions actuellement adoptées par le secteur. Je présenterai également les premiers résultats de l’analyse, mettant en évidence les mécanismes d’intégration de ces concepts dans le paysage agricole brésilien, tout en soulignant les stratégies et les acteurs qui ont contribué à définir les politiques en vigueur.
En résumé, cette réflexion analytique vise à éclairer les dynamiques complexes entre les discours climatiques, mes recherches doctorales, les intérêts de l’agrobusiness et les résultats concrets en matière de durabilité dans le secteur agricole brésilien.

A bientôt!

Justine Berthod et David Dumoulin pour l’équipe TEA

Pour rejoindre Zoom Réunion:
https://us05web.zoom.us/j/81956992829?pwd=xt7abtaBkEKxgVaHfUYl0GbntRbjPE.1

ID de réunion: 819 5699 2829
Code secret: U3TrdK

Prochaine séance TEA: ce vendredi 10 novembre

Bonjour à tous et à toutes,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que ce vendredi se tiendra une séance commune ACAP et TEA, en Salle 3.023 de 14h à 16h.

Paula Benassuly Arruda (CREDA, Progr PAUSE) exposera: « Bien plus qu’une forêt ! Protection de la vie des défenseurs des droits humains, grands projets économiques et transition écologique pour l’Amazonie. »

Elle sera discutée par Marie Rota (Université de Lorraine).

“La forêt amazonienne suscite de plus en plus d’intérêt et d’inquiétude au niveau mondial pour sa protection, mais la véritable alternative en matière de préservation ne serait-elle pas le savoir ancestral local pour trouver des solutions permettant de préserver l’environnement ainsi que ses habitants ? Le modèle de développement pensé pour l’Amazonie depuis la période des dictatures militaires brésiliennes, de manière verticale et exogène, entre en conflit avec la réalité locale, provoquant la résistance de la mobilisation sociale en Amazonie. Conséquence ? Les défenseurs des droits humains sont menacés de mort ou assassinés en raison de leur activisme contre des projets d’exploitation économique nationaux et transnationaux qui ne répondent même pas aux paramètres actuels de la transition écologique.  L’objectif de ce séminaire est de discuter de ces questions dans une perspective transdisciplinaire”

Nous vous attendons à l’IHEAL/CREDA, ou en ligne par le lien suivant: https://spaces.avayacloud.com/spaces/60dc87a6c4d86ef94633e542.

A vendredi!

Les équipes TEA/ACAP

Séance de rentrée TEA: vendredi 27 octobre

Bonjour à toutes et à tous,

La séance de rentrée du séminaire de l’axe Transitions Écologiques Américaines aura lieu ce vendredi !

Vendredi 27 octobre. 14h-16h. Salle 6.040

Autour de l’ouvrage « Fin du monde et petits fours. Les ultra-riches face à la crise climatique » (La Découverte, 2023) d’Edouard Morena
Intervenant : Edouard Morena (University of London Institute in Paris)
Discutants: Franck Poupeau (CREDA) et David Dumoulin Kervran (CREDA)

Loin d’être des observateurs passifs et détachés ou des preppers haut de gamme, les élites économiques sont des acteurs clés du débat climatique international. Elles sont les promoteurs acharnés du capitalisme vert, un projet politique taillé sur mesure et qui garantit leurs intérêts de classe dans un monde en surchauffe.
Ce livre expose non pas uniquement les mots d’ordre (qui sont déjà assez connus), mais les ressorts, et en particulier les réseaux d’acteurs (ONG, fondations, think-tanks, cabinets de conseil et autres lobbyistes) qui, au cours des vingt dernières années, ont imposé le capitalisme vert – et les élites qui le soutiennent – comme unique issue ” réaliste ” face à la crise climatique en cours.

En présence de son auteur, Edouard Morena, cette séance est l’occasion de revenir sur cet ouvrage et sa réception à sa sortie.

Nous vous attendons à l’IHEAL/CREDA, ou en ligne par le lien suivant: https://spaces.avayacloud.com/spaces/60dc87a6c4d86ef94633e542.

A vendredi!

L’équipe TEA

Berthod, Justine (2023) “Protéger l’environnement pour se gouverner?”

Berthod, Justine. (2023). Protéger l’environnement pour se gouverner ? Repolitiser les « subjectivités environnementales » dans les aires protégées (San Andrés, Colombie). Natures Sciences Sociétés, 31, 35-48. https://doi.org/10.1051/nss/2023021

L’article discute la notion de « subjectivités environnementales » d’Arun Agrawal. Elle permet d’analyser la construction d’identités environnementales dans l’évolution des relations entre l’État et ses marges. Nous proposons d’appliquer la notion à l’appropriation conflictuelle de la conservation par les pêcheurs de la réserve de biosphère Seaflower (Colombie). L’article propose d’illustrer la pluralité des « subjectivités environnementales » qui naissent de dispositifs de conservation peu participatifs, au cœur des contradictions de la conservation bioculturelle. Il remet en question la subjectivation environnementale comme adoption d’un environnementalisme consensuel. Il décrira plutôt un processus social contraint et conflictuel – finalement, politique – de redéfinition des bons usages de la nature.

 

Programme 2023-2024

Vendredi 27 octobre. 14h-16h. Salle 6.040
Autour de l’ouvrage « Fin du monde et petits fours. Les ultra-riches face à la crise climatique » (La Découverte, 2023) d’Edouard Morena
Intervenant : Edouard Morena (University of London Institute in Paris)
Discutants: Franck Poupeau (CREDA) et David Dumoulin Kervran (CREDA)

Vendredi 10 novembre. Séance commune ACAP / TEA. Salle 3.023
« Bien plus qu’une forêt ! Protection de la vie des défenseurs des droits humains, grands projets économiques et transition écologique pour l’Amazonie. »
Intervenante : Paula Benassuly Arruda (CREDA, Progr PAUSE)
Discutante: Marie Rota (Université de Lorraine)

Vendredi 15 décembre. 14h-16h. Salle 5.122
« Habitabilité et humanitaire : une analyse anthropologique des défis de MSF face à la crise écologique en Amérique Latine »
Intervenant: Jean-Francois Veran (anthropologue, conseiller auprès de Médecins Sans Frontières)
Discutant : Jan Verlin (Université Lyon 3, Triangle)

Vendredi 26 janvier. 16h-18h. Salle 5.023

Autour du thème « Écologisation entrepreneuriale »
Intervenantes :

  • Léa lebeaupin (CREDA, ATER Université des Antilles – pôle Martinique): autour de l’article dans Ecologie & Politique « Continuer l’extraction à tout prix dans le Minas Gerais (Brésil) : Répertoire d’actions entrepreneuriales pour neutraliser la critique »(article en cours, Ecologie & Politique)’
  • Livia Kalil (CREDA, ATER Université Paris 8) : « L’agro est tech, l’agro est pop, l’agro est décarbonnée : climatisation des enjeux agricoles au Brésil. Discussion conceptuelle ».

Vendredi 23 février. 16h-18h. Salle 5.023
« Habiter le marais: l’écologie sociale en territoire convoité ».
Intervenante : Agathe Alexandre (CREDA)

Vendredi 8 mars. 14h-16h. Salle 5.023
Autour du livre “Les esprits scientifiques” et au-delà
Intervenants : Jean Foyer (CNRS, CREDA) et Sébastien Carcelle (Université Catholique de Lille)

Vendredi 3 mai. 14h-16h. Salle 5.023

« Pourquoi Latour? Latour pour quoi? »
Intervenant : Franck Poupeau (CNRS, CREDA)Discutant.e.s : Gaëlle Ronsin (Université Bourgogne Franche Comté, CERES) & David Dumoulin Kervran (CREDA)

Justine Berthod et David Dumoulin pour le Séminaire TEA

Voisin, Yann; Foyer, Jean ; Velasquez Runk, Julia (2023) “El mapeo comunitario en Panama”

Voisin, Yann ; Jean Foyer; Julia Velásquez Runk (2023) El mapeo comunitario en Panamá: Apropiación indígena de un dispositivo sociotécnico (1990-2022). Anuario De Estudios Centroamericanos, 49(00), pp. 1–34. URL: https://revistas.ucr.ac.cr/index.php/anuario/article/view/54218

Este artículo rastrea la historia compleja del mapeo comunitario en Panamá. Propone una genealogía general de la apropiación del dispositivo por los actores indígenas.
A partir del marco conceptual de los Science and Technology Studies describe las sucesivas transformaciones sociotécnicas por las cuales pasa y, a través de ellas, caracteriza la evolución de las relaciones entre pueblos indígenas y diferentes actores (Estado, comunidades científicas, ONG) en las escalas nacional, transnacional y global. Más allá de una historia técnica, las trayectorias del mapeo comunitario en el país permiten entender los engranajes del movimiento político para los derechos de los pueblos originarios y sus vínculos con la gobernanza global del medioambiente.

Doctoriheales 2023 – “Le monitoring communautaire des forêts” – Yann VOISIN

“Le monitoring communautaire des forêts : un « dispositif-ressource » pour défendre les territoires autochtones de l’Amérique tropicale ?”. Communication de Yann Voisin aux Doctoriheales, à Rennes, les 18 et 19 janvier 2023.

@YannVoisin

Dans le cadre de la 8ème édition des Doctoriheales qui avaient lieu le 18 et le 19 janvier 2023, cette intervention avait pour objectif de faire un état de lieux général des développements du monitoring communautaire des forêts dans les zones tropicales sud-et-centraméricaines et de pointer quelques-unes des limites liées à son déploiement, en particulier lorsqu’il est utilisé par les peuples autochtones. Cette présentation s’inscrivait donc dans un travail de recherche mené par Yann Voisin dans le cadre de sa thèse en anthropologie réalisée à l’IHEAL-CREDA sous la direction de Jean Foyer et de David Dumoulin, une thèse qui porte l’appropriation, par les autochtones du Panama, de technologies occidentales de cartographie et de télédétection à des fins territoriales.

Après avoir présenté les enjeux de sa genèse et décrit son fonctionnement, il a été question de dresser une cartographie générale de son appropriation dans cette partie du monde Enfin, l’intervention a consisté en la formulation d’hypothèses, centrés sur  les effets politiques et épistémologiques de l’appropriation du monitoring communautaire des forêts qui servaient à alimenter une approche critique du dispositif. Une des hypothèses portait par exemple sur les effets d’instruments des technologies du monitoring – le SIG, le satellite, le drone, le GPS – qui renfermeraient des grilles de lecture du monde incompatibles avec la façon dont les autochtones le perçoivent. C’est de la tendance à l’objectivation de la réalité, à la mise à distance de l’environnement du domaine des humains – en la somme la création même de la nature dans le processus de sa mesure – dont il a été en particulier question. Se pourrait-il que le monitoring soit un danger pour la diversité épistémologique dans ce monde ?

Ramirez et al (2022) “Domesticando el territorio”

Alonso Ramírez Cover, Tania Rodríguez Echavarría, Laura Henry, Sara Blanco Ramírez (2022) “Domesticando el territorio: Genealogía de la transferencia tecnológica del cacao en Talamanca, Costa Rica en el siglo XX”, Revista Trace, 81, cemca, enero 2022, págs. 71-105, ISSN: 2007-2392: https://trace.org.mx/index.php/trace/article/view/802/pdf

Cet article analyse comment les projets actuels, qui se centrent sur la modernisation des plantations de Talamanca à travers la production de cacao durable, sont basés sur des formations discursives historiques qui considèrent que la relation entre indigènes et la nature est irrationnelle et problématique compte tenu de sa faible productivité. En effet, depuis le début du xxème siècle, l’Etat, accompagné par des centres de recherches et des entreprises privées, demandent l’optimisation des usages agricoles du sol dans les territoires indigènes, préfigurant la production de «commodities» pour l’exportation comme étant l’unique solution aux problèmes perçus. Ces formations discursives — en comptant les constructions raciales autour des indigènes — continuent à être indispensables pour comprendre les logiques d’intervention actuelles sur le secteur cacao. Ce cas d’étude démontre comment le développement impose des valeurs mono-culturelles et comment ces idées sont mises en place ainsi que la résistance qu’elles engendrent.

Poupeau, Franck (2022) “En l’absence de planification”

Poupeau, F. (2022). En l’absence de planification : l’idéal de l’eau pour tous et toutes face aux inégalités urbaines. Mouvements, 109, 38-46. https://doi.org/10.3917/mouv.109.0038

Les métropoles andines d’El Alto et La Paz sont marquées par l’existence de nombreux quartiers informels, dont les habitant·es pâtissent de l’absence d’accès aux infrastructures, notamment en matière d’eau potable. Face à l’incapacité des pouvoirs publics à pourvoir ces territoires de l’accès à cette ressource vitale, cet article interroge la pertinence des formes d’organisation communautaires et informelles émanant des habitant·es de ces quartiers, présentées comme une « alternative » face au modèle consacré du « tout-en-réseau » de la ville néolibérale dans la lutte contre les inégalités urbaines.

Dumoulin Kervran, David (2018) “Ethnobiologie mobilisée”

David Dumoulin Kervran. Ethnobiologie mobilisée, ethnobiologie institutionnalisée. Trajectoire mexicaine d’une discipline rebelle. Autrepart, 81, 197-216. https://doi.org/10.3917/autr.081.0197

L’ethnobiologie est une science qui analyse la pluralité de savoirs sur la nature. Quelles sont les étapes de constitution d’une discipline qui parvient aujourd’hui à diffuser si largement l’importance de la « diversité bioculturelle » ? Cet article analyse la spécificité de la trajectoire mexicaine de l’ethnobiologie en se focalisant sur le lien entre son institutionnalisation et ses multiples connexions extrascientifiques. L’approche, combinant les études sociales des sciences et la sociologie politique, permet de mettre l’accent sur une périodisation différente de celle qui est avalisée au plan international. L’ethnobiologie mexicaine étudiée dans cet article est celle d’une génération (1970-2015) mobilisée en faveur des connaissances traditionnelles, mais aussi d’un projet de société alternatif. Deux phases de cette trajectoire sont présentées : celle du développement rural alternatif et du retournement du stigmate sur les connaissances traditionnelles (années 1970 et 1980), puis celle de la participation aux nouvelles institutions environnementales et de la création du programme de la « double conservation » (années 1990 et 2000). S’ouvre alors une nouvelle phase où la discipline de l’ethnobiologie s’oriente vers la patrimonialisation, ainsi que vers l’institutionnalisation académique et l’intégration internationale. Cette analyse permet de souligner les enjeux de positionnement d’une discipline qui cherche à acquérir la légitimité scientifique tout en essayant d’en transformer les modalités.

Choné, Aurélie; Foyer, Jean; Boisvert Valérie (2022) “Les esprits scientifiques”

Aurélie Choné, Jean Foyer, Valérie Boisvert (Dir.). Les esprits scientifiques. Savoirs et croyances dans les agricultures alternatives. 2022, 9782377473465. ⟨10.4000/books.ugaeditions.26992⟩. ⟨hal-03665611⟩

La biodynamie, la permaculture, l’homéopathie rurale et tout autre type d’agriculture alternative ou paysanne ne peuvent se réduire à la seule question de la production. Elles engagent un rapport au monde, en particulier aux sciences et à des courants spirituels ou religieux qui dépassent l’humain. Cet ouvrage explore les entrecroisements et les hybridations entre différentes formes de savoirs et de croyances à l’oeuvre dans les agricultures alternatives. En associant de façon inextricable le sensible et le matériel, le pragmatisme et le spirituel, ces agricultures déjouent toute tentative de catégorisation qui reposerait sur l’opposition binaire entre scientificité et spiritualité. Émerge alors une pluralité d’« esprits scientifiques » pour traiter des aspirations qui les animent et des assemblages singuliers auxquels leur quête de rigueur, d’intégrité et leur ambition de faire modèle donnent lieu. Pluraliser l’esprit scientifique de Bachelard, c’est aussi bien pluraliser les manières de faire science que laisser la porte ouverte aux « esprits », c’est-à-dire à des visions du monde où le naturalisme physique n’est pas le seul horizon.

Foyer, Jean ; Ellison, Nicolas (2018) “Conserver les maïs mexicains”

Foyer, J. & Ellison, N. (2018). Conserver les maïs mexicains: La diversité bio-culturelle et ses ambiguïtés. Études rurales, 202, 120-139. https://doi.org/10.4000/etudesrurales.15306

Cet article interroge les ambiguïtés des constructions identitaires, entre défense de l’environnement et défense des populations autochtones à travers l’exemple des semences de maïs chez les Nahua et les Totonaque (Sierra norte de Puebla, Mexique). Le maintien de l’agro-biodiversité n’est pas l’objectif poursuivi par ces populations autochtones mais il résulte de leur forme de reproduction socio-environnementale. La comparaison de cette conservation de « facto » des communautés rurales avec celle de « dicho » des scientifiques, des politiques ou des citoyens montre que le paradigme de la conservation de la diversité bio-culturelle repose sur un malentendu plus ou moins productif. Ce malentendu permet certes des formes de politisation contre hégémonique mais il peut sembler contre-productif quand les semences de maïs sont réduites à leur dimension symbolique (de la naturalité, de l’indianité, de la mexicanité…) qui masque les divergences du point de vue des épistémologies et des intérêts des acteurs.