Machines, genre et nature: anthropologie des territoires extractifs

Colloque International. 15-17 oct. 2019 Paris (France)

Programme: https://ma-ge-nat.sciencesconf.org/data/pages/PROGRAMME_MAGENAT_8.pdf

L’objet de ce colloque est d’étudier différents territoires extractifs (miniers, halieutiques, forestiers, etc.) du point de vue des dynamiques anthropologiques qui les structurent, en faisant l’hypothèse qu’ils posent des problématiques communes au-delà des différentes géographies et populations concernées. En effet, ces territoires se sont construits sur la durée selon des trajectoires communes. Il s’agit en général d’espaces tardivement conquis, annexés ou capturés par des puissances établies; ils se structurent de façon asymétrique en articulant des populations hétérogènes selon différentes formes de colonialité; il s’agit encore d’espaces sur-mécanisés où les populations ont une relation plus précoce, plus accentuée et plus clivée aux machines et aux engins mécaniques, omniprésents au quotidien; il s’agit aussi d’espaces fortement masculinisés et hiérarchisés où les clivages de genre jouent un rôle structurant de contrôle social; enfin, ces territoires se construisent historiquement autour d’une conception orientée, extractive ou prédatrice des ressources naturelles et ils constituent dans l’actualité des zones critiques de contradiction, négociation ou réagencement des rapports à la nature. Ainsi, à différents niveaux, il apparaît que la question des relations entre machines, genre et natures se pose dans ces territoires d’une façon spécifique. Ce colloque a pour objet de discuter cette hypothèse en mettant à jour les liens entre mécanisation, rapports de genre et rapports à la nature dans divers contextes d’extraction de ressources naturelles.

1. Les territoires extractifs en perspective de genre

2.  Machines, agentivité et politiques du mécanique

3. Extraction et redéfinitions de la nature

L’éco-socialisme, au-delà de la critique de la gauche ?

Par Franck Poupeau pour Le Feuilleton écologique

Discussion des ouvrages:

– Émilie Hache (dir.), Écologie politique. Cosmos, communautés, milieux, Paris, Éditions Amsterdam, 2012.
– Arno Münster, Pour un socialisme vert, Paris, Nouvelles Éditions lignes, 2012.

 

La pensée écologique est ambivalente politiquement[1] : de la défense de la nature au conservatisme social, le pas est souvent plus vite passé qu’on ne le croit. Cela ne veut pas dire que l’écologie, dans la diversité (souvent conflictuelle) des courants qui la composent comme une pensée politique globalement identifiable, puisse être assimilée à un simple mouvement réactionnaire[2]. En revanche, elle a souvent été instrumentalisée, détournée, ou finalement occultée par certains de ses prétendus défenseurs[3]. Le désastre de Fukushima a de ce point de vue atteint des sommets de cynisme et de doubles discours, avec des « retombées » en termes de déréglementation, de préservation des intérêts économiques et de génération de nouveaux profits – sans oublier la minoration systématique des « coûts humains »[4]. Continuer la lecture

Transitions écologiques dans les Amériques

Ce carnet de recherche du CREDA est un espace de diffusion de recherches explorant les dynamiques en œuvre dans les Amériques, autour du concept de transition écologique. Il s’appuie sur une approche multidisciplinaire, et se veut un lieu d’échange et de partage des travaux de chercheurs portant sur l’orientation des modèles de développement, dans un contexte de crise environnementale. Il vise à rendre visibles les travaux en cours, les publications, les événements et séminaires s’articulant autour des questions de gestion et de perception, d’accès et d’appropriation des ressources et des territoires dans les Amériques.